Nombre de recruteurs: 1910
Emplois actifs: 242
vendredi, 17 novembre 2017 15:25

Le bien-être au travail étudié à la loupe

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Avoir un travail c’est bien, s'y sentir heureux, c’est encore mieux. Une étude réalisée par Monster / IFOP revient sur les conditions du bien-être au travail pour les salariés français, et en particulier chez les jeunes actifs.

Trouver un emploi n’est pas toujours simple, mais une fois le précieux sésame en votre possession, vous n’espérez qu’une chose : vous sentir bien dans vos nouvelles fonctions pour vous épanouir et remplir au mieux vos missions. . Une étude Monster & Ifop s’est intéressée aux différents facteurs qui contribuent au sentiment de bien-être chez les actifs, et notamment chez les jeunes actifs (18-24 ans) . L’étude a établi cinq types de facteurs qui peuvent influer sur le bien-être du travailleur : les initiatives des employés, les avantages octroyés par les entreprises, le niveau d’intervention du responsable hiérarchique, les éléments contribuant à la bonne ambiance sur le lieu de travail ainsi que le type de structure professionnelle.

 

Pour une vie professionnelle plus solidaire et responsable 

 

Comme l’on pouvait s’y attendre, nombreux sont ceux qui plaident en faveur d'une politique de responsabilité sociale forte (33%), davantage de jours de congés (28%) et une hiérarchie ouverte au dialogue (42%). Coté type de structure, ce sont les TPE/PME qui recueillent le plus de suffrages (44%). Il est intéressant de constater que les opinions des actifs de 18-24 ans recoupent celles de leurs ainés à quelques exceptions près. On remarque notamment que les jeunes actifs apprécient particulièrement les start-up, encouragent davantage la mise en place de « moments de convivialité » dans l’entreprise ainsi que le travail d’équipe.  Des aspirations qui vont dans le sens d’une vie professionnelle plus solidaire et responsable.

En revanche, les initiatives telles que la nomination d’un "responsable du bien être" (12%) ou l’organisation de séminaires (7%) peinent à convaincre les actifs, peut-être plus en recherche de solutions simples au sein de leurs équipes et de leur quotidien professionnel que d'évènements à la logistique plus complexe et contraignante.

 

Lu 450 fois Dernière modification le vendredi, 17 novembre 2017 16:01
Plus dans cette catégorie : « Le "motif économique" du licenciement